Downshifting: conjuguer carrière, famille et bonheur

Rétrograder professionnellement pour mieux avancer

Faire carrière signifie gagner plus d’argent, avoir plus de responsabilités… et moins de temps. Heureusement, il n’y a pas qu’une seule voie qui conduit au succès. Le downshifting est la tendance qui vise au bonheur et remet la famille et les intérêts sur le devant de la scène.

Photo: Getty Images

Pour beaucoup, une vie professionnelle réussie va forcément de pair avec de l’avancement ou un changement de profession. Pourtant, les promotions ne nous apportent pas toujours le bonheur souhaité. Les nouvelles tâches provoquent souvent du surmenage ou du stress. Et un salaire plus élevé ne vaut pas toujours la pression psychique et l’investissement temporel qu’il entraîne. Que faire pour rompre ce cercle vicieux? Passer à la vitesse inférieure pourrait être la solution pour une vie plus heureuse.

Prendre du recul

Renoncer délibérément à un avancement ou même reprendre un emploi que l’on exerçait précédemment peut sembler insensé, mais pour un grand nombre de personnes, c’est une manière attrayante d’aborder son futur professionnel. Le downshifting est le nouveau mouvement vers plus de temps pour soi. Cette tendance vient des Etats-Unis, le même pays qui a vu naître le terme «burnout» dans les années 90. Mais attention: downshifting ne signifie pas se retirer du monde du travail ou de la société. Il s’agit plutôt de réduire ses heures de travail ou de choisir un emploi apportant plus de bonheur ou de flexibilité. Dans l’idéal, ce ralentissement planifié a pour but d’augmenter significativement la qualité de vie. Lorsqu’on éprouve moins de stress, en effet, on jouit d’une plus grande joie de vivre et d’une meilleure santé. A l’ère de la disponibilité permanente, le changement de perspective qu’apporte l’équilibre entre santé et travail peut s’avérer de grande valeur. Mais une telle décision concernant l’avenir ne doit pas être prise sur un coup de tête. Elle doit faire l’objet d’une profonde réflexion. Pour cela, il faut être conscients de qui l’on est vraiment.

Photo: Getty Images

Une question de temps

Le downshifting n’est pas un bouleversement de carrière à prendre à la légère. Avant de s’enquérir auprès de son employeur de la possibilité de travailler à mi-temps ou même de changer de poste, il faut prendre conscience de plusieurs choses.

Premièrement, la diminution du temps de travail entraîne une réduction de salaire. Qu’est-ce qui compte le plus? Passer plus de temps avec sa famille ou assurer un niveau de vie plus élevé aux êtres qui nous sont chers? Deuxièmement, la réputation risque d’en souffrir: le passage de manager à employé ordinaire peut en effet être vu d’un œil critique par certains collègues et employeurs. Heureusement, le monde moderne du travail est de plus en plus ouvert à des formes d’emploi alternatives. Ces dernières années de télétravail ont montré aux employeurs que les collaborateurs ne doivent pas forcément être au bureau pour être productifs.

Si le titre ou le salaire confortable ne sont pas ce qui compte le plus pour vous ou si vous souhaitez avoir un peu moins de responsabilités personnelles, le downshifting vous offre des avantages concrets. Par exemple, vous jouissez d’horaires de travail plus flexibles. Vous pouvez répondre à vos e-mails depuis la terrasse de votre café préféré tout en profitant du beau temps. Certains saisissent cette opportunité pour faire de leur passion leur métier et transformer leurs loisirs en nouvelle occupation principale. Que l’on désire avoir un emploi plus passionnant ou bien plus de temps pour soi et les autres, les progrès professionnels dépendent en première ligne de nos propres objectifs et non pas du compte en banque ou d’un quelconque titre ronflant. Le downshifting représente certes un risque, mais il mérite réflexion, surtout lorsqu’on veut modifier ses priorités.

Cela pourrait également vous intéresser

 

Le downshifting en toute simplicité

Quatre conseils à prendre en compte

Le downshifting peut apporter de grands changements dans une vie. C’est pourquoi il faut bien réfléchir avant de sauter le pas. Voici nos conseils pour assurer un passage sans accroc.

Montagnes suisses

Des expériences au sommet

Si elles impressionnent les touristes, les montagnes helvétiques n’en finissent pas non plus d’enchanter les Suisses. Nous vous présentons cinq impressionnants sommets qui méritent le détour.